Limoges : Début difficile pour l’écoquartier…

La Populaire du Centre / jeudi 16 mai 2019

Le chantier de déconstruction des immeubles des Portes-Ferrées n’a débuté que depuis lundi. Mais il va sûrement prendre du retard. Dans la nuit de mercredi à jeudi, un incendie s’est déclaré aux alentours de 1 h 40 du matin, entre les numéros 15 et 31 de la rue des Portes-Ferrées.
Une remorque contenant du matériel et deux cabanes servant de lieu de stockage et de réfectoire pour les ouvriers ont pris feu. Les pompiers ont même dû évacuer une bouteille de gaz de propane dans une des cabanes pour éviter tout risque d’explosion. Selon nos informations, il n’y aurait pas eu de blessé.

L’origine de l’incendie reste officiellement indéterminée, mais la piste volontaire plane autour de ce feu de chantier, la remorque étant éloignée d’une quinzaine de mètres des deux cabanes. En plus de ces deux foyers distincts, les ouvriers auraient, selon le chef de chantier, fait face à des actes d’incivilité et de dégradations depuis leur arrivée sur les lieux. Certains panneaux de chantier ont été tordus à certains endroits. En début de semaine, les ouvriers ont également découvert 28 panneaux couchés. […]

NdAtt. : Le même torchon, dans son édition numérique du 28 novembre 2018 nous expliquait les visées de municipalité et Limoges Habitat : rénover le quartier, c’est à dire en éloigner les pauvres :  » […] L’ambition municipale « est aussi que ce quartier sorte du statut de “quartier prioritaire de la ville” est qu’il soit un quartier comme un autre » a souligné l’adjointe au maire Catherine Mauguin-Sicard. Le choix est d’introduire plus de mixité sociale, ainsi « 205 logements sociaux seront déconstruits et la moitié reconstruit, mais ailleurs », a précisé Bruno Genest, président de Limoges Habitat. Place alors à des petites maisons et des appartements groupés, dans un espace faisant une large place à la verdure, avec un parc central. […]
La Capeb, un syndicat professionnel des artisans du bâtiment, a prévu de s’installer dans l’ancien Lidl. Le projet commercial pour la galerie existante est en cours d’étude par Limoges Métropole, mais l’idée est de pouvoir conserver les commerces encore restants comme le bar et le dépôt de pain.
Le projet est chiffré à 45 millions €, dont 7 déjà accordés par l’État. À souligner que l’argent public ne sera pas le seul à être mobilisé : la centaine de logements reconstruits, dans des maisons individuelles ou du petit habitat collectif, seront portés par des promoteurs privés. »

« 

This entry was posted in Bouffe du riche, Gentrification toi-même ! and tagged , , . Bookmark the permalink.