Pau : La rage après l’énième assassinat policier

France Bleu / samedi 3 juin 2017

Une soixantaine de membres de la communauté des gens du voyage ont manifesté ce vendredi soir à Pau, en brûlant des véhicules et des pneus, près du magasin Auchan, pour protester contre une décision de justice qui interdit au frère de Mickaël, tué à Toulouse, d’assister aux obsèques.
Avec cette action, qui a débuté vers 20h, ce vendredi soir dans les rues de Pau, la communauté des gens du voyage entendait protester contre la décision de justice interdisant à Franck, incarcéré à la prison de Pau, d’assister aux obsèques à Montaut dans les Pyrénées-Atlantiques, ce samedi matin, de son frère, Mickaël, tué [plutôt assassiné par les flics; NdAtt.] dans la nuit de mardi à mercredi à Toulouse.

Les policiers toulousains avaient tiré sur un chauffard qui refusait de s’arrêter dans une ruelle en plein centre de la ville. Touché au torse et à la tête, le conducteur, âgé de 27 ans, qui circulait à bord d’une voiture volée, est mort mercredi matin. Les policiers ont estimé avoir agi en état de légitime défense.
La permission de sortie pour son frère n’a pas été accordée par la justice ce vendredi. Après le face à face entre les manifestants et la police, un dialogue s’est noué. Selon les autorités, un terrain d’entente a été trouvé pour permettre au frère de s’incliner sur la tombe de la victime, d’ici les prochains jours. La décision est désormais dans les mains du juge d’application des peines.
Le calme est revenu à Pau en fin de soirée, vers 23h. Aucune victime n’est à déplorer, mais les pompiers ont dû intervenir pour éteindre les restes d’incendie sur la chaussée, avenue du Général Leclerc. Un bus Idélis et cinq voitures ont été incendiés dans le quartier Trespoey. Une cinquantaine de pneus, volés au garage Peugeot, et des caddies de l’hypermarché Auchan ont également été brûlés.

*****

France Bleu / samedi 3 juin 2017

Après la manifestation très tendue menée par une soixantaine de membres de la communauté du voyage vendredi, les dégâts sont très importants avenue du Général Leclerc. Sept plaintes ont déjà été déposées.
L’heure est au bilan des dégâts après la violente manifestation qui a eu lieu vendredi soir avenue du Général Leclerc à Pau. Une soixantaine de personnes issues de la communauté du voyage protestaient contre une décision de justice qui interdisait au frère du Palois tué à Toulouse mardi, d’assister aux obsèques.
Pour le moment sept plaintes ont été déposées au commissariat par Auchan, Idélis, l’agence immobilière Cofim et aussi par quatre propriétaires de voitures brûlées ou incendiées. On ne sait pas encore à combien s’élève le préjudice, mais cette nuit va coûter très cher. À Idélis d’abord, deux bus ont été incendiés dans les locaux de la société de transport. Ils ont été complètement détruits. De gros dégâts au garage Peugeot, avec des grillages découpés et plus de 40 pneus volés et incendiés. Des vols aussi à Auchan, juste à côté, avec 82 caddies qui ont disparus. L’agence immobilière Cofim a également fait les frais de ces affrontements.

This entry was posted in ACAB, Anticarcéral, Nique la justice and tagged , , . Bookmark the permalink.