Notre-Dame-des-Landes : Un camarade de plus en prison

Indy Nantes / samedi 21 juin 2014

Hier vendredi 20 juin, au lendemain des jugements des personnes inculpées dans l’enquête du 22 février et des 4 personnes accusées d’association de malfaiteurs en vue de commettre un rassemblement armé devant le tribunal de Nantes », nous avons appris que S. un camarade vivant sur la ZAD a été arrêté mercredi à Orvault accusé de vol de livres. Il y avait un mandat de recherche (placement au Fichier des Personnes Recherchées FPR) le concernant suite au 22 février. Il a refusé la comparution immédiate pour préparer sa défense et la juge a prononcé un placement en détention provisoire jusqu’au 7 juillet où il sera jugé pour :

– vol (récidive)
– refus ADN et signalétique (récidive)
– violence sur agent sans ITT
– participation avec arme à attroupement armé

Manif du 22 février : un militant interpellé

Ouest France / jeudi 19 Juin 2014

Soupçonné d’avoir participé aux dégradations lors de la manif anti-aéroport, à Nantes, un homme a été cueilli à Rennes. La police avait annoncé qu’elle maintiendrait la pression. Depuis la manifestation contre Notre-Dame-des-Landes, qui avait dégénéré et au cours de laquelle le centre de Nantes avait été saccagé, plusieurs interpellations ont eu lieu. Hier, les enquêteurs sont allés chercher un Rennais à son domicile au petit matin. Il a été identifié sur une vidéo par la cellule d’enquête spécialisée de la police. Les images montrent des personnes se livrant à des dégradations. On lui reproche d’y avoir participé en cassant les vitres de l’agence de voyage Nouvelles frontières, allée Brancas, à Commerce. Le Rennais a été ramené à Nantes et conduit à l’hôtel de police de Waldeck-Rousseau pour y être entendu.

Dans les jours qui ont suivi la manifestation du 22 février, cinq jeunes gens avaient été condamnés. Des « lampistes », selon leurs avocats. Interpellés en flagrant délit, ces jeunes gens étaient loin du profil « black bloc » annoncé par le ministre de l’Intérieur. Le tribunal les avait condamnés à des peines allant de cinq mois avec sursis à six mois ferme. Personne n’avait été écroué.

Le 31 mars, un vaste coup de filet avait conduit à l’interpellation de neuf personnes âgées de 15 à 53 ans, de profils divers, à Nantes, Saint-Herblain, Carquefou et en Ille-et-Vilaine. Des peines de deux mois avec sursis à un an de prison ferme avaient été prononcées pour quatre d’entre eux, jugés en comparution immédiate. Deux adolescents de 15 et 17 ans avaient été présentés à un juge des enfants pour avoir lancé bouteilles et pavés sur les forces de l’ordre, et dégradé un local de Vinci. Deux autres suspects avaient été libérés.

En mai, un manifestant avait été interpellé à Paris, soupçonné d’avoir mis à terre la vitrine de l’agence de voyage Fram. Il passe devant le tribunal le 27 juin.

Ce jeudi, quatre militants anti-aéroport devraient être jugés devant le tribunal correctionnel. L’un d’eux a été interpellé lors du coup de filet du 31 mars. Les zadistes appellent au rassemblement, à 14 h, devant le tribunal, « en soutien aux inculpés suite à la manifestation du 22 février ». Ils annoncent un rassemblement « festif », avec foot, repas et musique devant le palais de justice.

This entry was posted in Nique la justice and tagged . Bookmark the permalink.