Coulaines : Toujours trop courts, les parloirs…

Ouest-France / lundi 24 mars 2014

Lors de son parloir, samedi, un détenu signalé dangereux, a utilisé ses huit enfants qui lui rendaient visite en même temps, pour refuser son retour en cellule. C’est un  « détenu particulièrement signalé » (dps). Il est en transit pour trois mois à la maison d’arrêt de Coulaines, après les graves tensions qu’il a provoquées à la nouvelle prison centrale de Condé-sur-Sarthe dans l’Orne. 

Huit enfants au parloir

Samedi, ce prisonnier bénéficiait d’un parloir de deux heures avec sa compagne et ses huit enfants, dans le cadre du maintien des liens familiaux. Il en a profité pour se servir de ses enfants comme « bouclier » contre les surveillants, afin de ne pas rejoindre sa cellule d’isolement.

Incarcéré pour meurtre

Malgré le déplacement des Eris (Équipes régionales d’intervention) de Rennes, c’est finalement l’équipe pénitentiaire locale qui a réussi à raisonner ce détenu, âgé de 35 ans, qui purge une peine de quinze ans de réclusion criminelle pour meurtre, en 2002, sur fond de trafic de stupéfiants. Condamné par la cour d’assises des Hauts-de-Seine en janvier 2009, il s’est évadé à deux reprises en 2004.

Quartier disciplinaire

Samedi à la maison d’arrêt de Coulaines, le détenu a été placé en quartier disciplinaire. La direction de l’établissement et les syndicats de surveillants espèrent son transfèrement rapide vers une prison centrale.

This entry was posted in Anticarcéral and tagged , , , . Bookmark the permalink.