Ancenis & St-Géréon (Loire-Atlantique) : Des tags fleurissent en ville… et des bâtiments de la municipalité perdent leurs vitres [Mise-à-jour]

Ouest-France / Mardi 20 décembre 2016

ancenis2Dans la nuit de lundi à mardi, plusieurs tags ont fleuri sur les murs à Ancenis, principalement localisés autour de la gare. Les sujets de revendication sont multiples : la politique, Notre-Dame-des-Landes, le capitalisme, la police…

Le maire, Jean-Michel Tobie, a même été épinglé : « Est-ce que JM Tobie va bien (sic) ? », a été inscrit sur un bâtiment de la SNCF, boulevard Joseph-Vincent, accompagné d’autres tags à résonance politique. Ce dernier ne compte pas porter plainte.

La Banque Populaire, place De-Gaulle, a également été ciblée. Cette fois, ce sont des propos fustigeant le capitalisme qui ont été peint sur les vitrines. Un peu plus loin, une agence d’intérim Randstad et les murs d’une maison de maître ont également été ciblés… Et un « vive la ZAD » a fait son apparition sur le pont tout proche.

Des investigations sont en cours par les gendarmes.

ancenis5


Ouest France / Vendredi 30 décembre 2016

Tags à caractères plus ou moins politiques un peu partout à Ancenis, saccage en règle du centre d’accueil périscolaire à Saint-Géréon… Les deux communes ne sont pas à la fête.

« Ne rien laisser passer… » Patrice Hauray, adjoint à la citoyenneté résume l’attitude de la Ville, à la suite de la nouvelle vague de vandalismes qui vient de sévir en ville. Lundi, plusieurs tags ont fleuri sur les murs. Les revendications sont diverses : la politique, NDDL, le capitalisme, la police… La Banque Populaire, place De-Gaulle, avec des propos fustigeant le capitalisme, un peu plus loin, une agence d’intérim Randstad et les murs d’une maison de maître ont également été ciblés… Et un « vive la ZAD » a fait son apparition sur le pont tout proche. Sur le quai de la gare, c’est une allusion à la nouvelle absence de coup de pouce gouvernemental pour le salaire minimum qui est dénoncé, avec cet ironique « Merci pour le Smic ». Parallélement, cinq voitures ont été dégradées.

La nuit de mardi à mercredi a vu apparaître des inscriptions dans la même veine, sur des sites municipaux. Cerise sur le gâteau, des vitres de la salle du Pressoir rouge [complexe sportif, NdA] ont également été brisées.

De quoi déclencher les foudres de la Ville. « Comme à chaque fois, nous sommes consternés », se désole Patrice Hauray. Une désolation qui le dispute à l’impuissance. « Mais faut-il pour autant nous taire ? »

Le plus rageant pour la commune et la SNCF vient sans doute de la gare. Après des mois de travaux de tailleurs de pierres, le site venait de retrouver une façade fraîchement ravalée… Quatre jours à peine après la livraison des travaux, la voilà déjà souillée…

La Ville a décidé de porter plainte. Une plainte qui va permettre à la gendarmerie de poursuivre les investigations déjà lancées par la brigade d’Ancenis. L’enquête va ainsi prendre le relais de celle tout juste clôturée, du côté de Saint-Géréon (lire ci-après).

« Les auteurs sont vraisemblablement d’âges adultes », pronostique la brigade, qui a remarqué l’absence de faute d’orthographe et la teneur « socio politique » des inscriptions.

À Saint-Géréon, le saccage du centre périscolaire

« On avait affaire à eux depuis bientôt deux ans. Mais cette fois, on a eu la totale ! C’était la dernière. » Excédé, mais aussi sans doute soulagé, le maire de Saint-Géréon, Thierry Michaud. Depuis deux ans, sa commune devait, régulièrement, subir des intrusions, pour le moins déplaisante, au sein de La Farandole, le centre périscolaire de l’école Alexandre-Bernard.

« Ça s’est produit une dizaine de fois », chiffre l’élu. À chaque passage, une forme d’acharnement contre ce lieu d’accueil des plus jeunes. Avec une sorte de montée en puissance dans le vandalisme, nécessitant à plusieurs reprises la fermeture du site pour trois ou quatre jours.

Ce saccage en règle a atteint son paroxysme le week-end dernier. Vidage d’extincteurs, vitres brisées, écriture de propos malsains… «Un massacre », formule le maire, encore sous le choc.

« Heureusement, c’est les vacances. C’est quand même traumatisant pour les enfants et pour le personnel », glisse Thierry Michaud. Et d’évoquer cette image « d’arbre de Noël fait par des gamins, renversé ».

Peintures à refaire, vitres à remplacer, etc. Le préjudice, en cours d’évaluation est estimé entre 5 000 et 10 000 €. Difficile d’imaginer et de comprendre ce qui peut passer par la tête d’auteurs de tels actes… Une chose est sûre, ils devront en répondre devant la justice pour mineurs.

Lundi, les gendarmes en appréhendaient cinq. L’un d’entre eux est âgé de moins de 15 ans. Quatre sont originaires du Pays : un de Saint-Géréon, un d’Oudon, un de Couffé et un de Saint-Herblon. Le dernier est nantais.

Ils sont tous inconnus des services de police. Ces faits de vandalisme ont retenu l’attention de la gendarmerie depuis le début des intrusions, nécessitant la mobilisation d’un enquêteur durant un an, ajouté à un dispositif de surveillance à proximité des lieux « très pugnace ».

This entry was posted in ACAB, Bouffe du riche and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.