Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) : Prise d’otage du directeur adjoint à la prison dernier cri

La Voix du Nord / mercredi 9 septembre 2015

Vendin-le-Vieil_-_Maison_centrale_de_Vendin-le-Vieil_(02)Peu avant 11 heures ce mercredi, Fabrice Boromée, détenu pour des faits de violences à la maison centrale de Vendin-le-Vieil, a pris en otage le directeur adjoint de la prison de Vendin-le-Vieil. Selon nos informations, le détenu s’était retranché avec le fonctionnaire dans la salle des audiences du quartier d’isolement. Il était armé d’un couteau de cuisine du réfectoire de la prison, à la pointe aiguisée et au manche renforcé par des couches de ruban adhésif. Selon un responsable syndical régional de l’Unsa, Laurent Scassellati, le directeur adjoint qui était pris en otage est Fabrice Bels. Le détenu, placé à l’isolement depuis six mois, formulait depuis plusieurs semaines le souhait d’être transféré dans un autre centre pénitenciaire, en Guadeloupe ou en région parisienne, selon son avocat.

Il a rendu son arme en début d’après-midi, sans que le Raid n’ait eu à faire usage de la force. Avant de l’interpeller, les équipes d’intervention l’ont informé que sa demande de transfert allait être acceptée. Ils ont alors exigé du preneur d’otage qu’il lâche son arme, s’écarte du directeur adjoint et se mette à genoux. Aucune victime n’est à déplorer. A sa libération, le fonctionnaire déplorait le comportement du détenu avec lequel « une procédure était bien engagée pour le faire sortir de l’isolement », des propos relayés par sa hiérarchie.

L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Lille. Placé en garde-à-vue, le détenu devrait être jugé en comparution immédiate dans les quarante-huit heures.

Selon des sources syndicales, le preneur d’otage présumé serait Fabrice Marius Boromée. Cet homme de 34 ans, originaire de la Guadeloupe, a déjà passé près de 10 ans de sa vie derrière les barreaux. Fabrice Boromée a notamment été condamné pour avoir pris en otage un gardien de prison le 30 décembre 2013 au centre pénitentiaire d’Alençon/Condé sur Sarthe. Il a également 14 condamnations à son actif, dont 11 pour violence. Il a fréquenté plus de 80 établissements pénitentiaires.

Un très important dispositif de police a été évidemment sur place depuis que l’alerte a été donnée. L’accès aux véhicules a été interdit dans un périmètre large. Il était notamment impossible de gagner le parc des industries de La Croisette. La bretelle de sortie n°9 sur l’A21 est d’ailleurs fermée à la circulation dans les deux sens ainsi que l’accès au centre commercial Lens 2 sur la RN47. Selon un usager de l’aérodrome voisin où se trouve un restaurant, aucun client ne peut accéder aux parkings du site.

« Les équipes Eris (équipes régionales d’intervention et de sécurité, ndlr) sont sur le site en vue de procéder aux négociations et à une éventuelle intervention », a encore précisé la préfecture du Pas-de-Calais. Le Raid 59 a également rejoint les équipes d’intervention spécialisées en milieu pénitenticaire. La prison est située à quelques kilomètres au nord de Lens et à une trentaine de kilomètres au sud de Lille.

Ce centre pénitentiaire est très récent, puisque la prison a fini d’être construite en septembre 2014, avec une capacité d’environ 250 détenus et de 22.000 m2, selon le site de l’Agence publique pour l’immobilier de la Justice. « En prévision de l’arrivée des personnes détenues condamnées à de longues peines, des dispositifs de sûreté très perfectionnés ont été installés à Vendin-le-Vieil », peut-on lire sur le site internet.

————

La Voix du Nord / mercredi 9 septembre 2015

D’après M. Martin, responsable du syndicat FO, ce détenu était arrivé en mai dans cette prison de dernière génération ouverte au printemps dernier. A cette occasion, compte-tenu de sa dangerosité, les agents chargés de sa surveillance avaient reçu «des équipements de protection». Mais ceux-ci leur avaient été «retirés il y a un mois», selon ce témoignage. «Son comportement ne nécessitait plus d’équipements de protection», a ajouté le syndicaliste, qui a parlé d’un homme « très manipulateur ». « C’est quelqu’un de revendicatif, qui a tendance à mettre la pression sur le personnel », ajoute Pascal Decary (CGT).

Présent sur place, son avocat Me Benoit David, évoquait le mal-être de son client depuis son arrivée dans l’Artois. « Il vivait très mal son arrivée à Vendin. Il était placé à l’isolement depuis six mois et souhaitait être transféré en Guadeloupe ou à Poissy. […]» L’avocat souligne que son client doit, toutes peines confondues, passer 29 ans sous les barreaux « A l’origine, il n’avait jamais été condamné pour des affaires criminelles mais pur une multitude de faits délictuels autour de la violence. La prise d’otage à Condé-sur-Sarthe lui a valu huit années supplémentaires. »

Fabrice Boromée a notamment été condamné pour avoir pris en otage un gardien de prison le 30 décembre 2013 au centre pénitentiaire d’Alençon/Condé sur Sarthe. Il a également 14 condamnations à son actif, dont 11 pour violence. Il a fréquenté plus de 80 établissements pénitentiaires. Il purgerait actuellement une peine de 28 ans.

Il y a quelques mois, le preneur d’otage présumé a donné une interview à 1ere, chaîne de télévision de l’outre-mer dans laquelle il demandait à revenir en Guadeloupe. « Pour ma famille, pour avoir le parloir, pour voir les miens. Mon frère vit en Guadeloupe. J’avais mon père là-bas, mais il est décédé. Ma mère est morte quand j’avais 8 ans. Il ne me reste que mon frère. » Il se plaignait également être victime de racisme : « Chaque fois que je demande un truc en prison, on l’accorde aux autres, mais jamais à moi. On m’a déjà traité de « sale nègre ». Ça m’a poussé à commettre une agression. Après quoi j’ai été placé en quartier disciplinaire, où j’ai subi beaucoup de sévices. Pendant environ trois mois, on m’a jeté mon repas à terre comme à un chien. J’en ai marre de souffrir ici (en métropole, ndlr). Je veux être libre chez moi, voilà tout. C’est mon pays, ça me manque. »

This entry was posted in Anticarcéral. Bookmark the permalink.