Athènes (Grèce) : L’attaque a commencé – Premières expulsions de squats à Exarcheia

Anarchists Worldwide / lundi 26 août 2019

[…] 26.08.19 : La première attaque majeure contre Exarcheia, le quartier le plus résistant d’Europe, n’a pas tardé [le “nettoyage” du quartier faisait en effet partie des promesses électorales de Kyriakos Mitsotakis, Premier ministre élu le 7 juillet dernier; NdAtt.]. Le spectacle devait continuer, d’une manière ou d’une autre. La baisse d’activité de l’été est terminée – il fallait obtenir des résultats concrets, et ce n’était pas que des actions isolées contre des “bandes dealers”. Ce matin, quatre squats ont été expulsés.

La première vague d’attaques contre la vie autonome à Exarcheia s’inscrit dans un plan général de transformation du quartier dans le Montmartre d’Athènes. […] Au bout du tunnel il y a l’achèvement de la construction de la station de métro Exarcheia. Les stations intermédiaires sur cette route sont l’expulsion des squats, l’expulsion des réfugiés et l’imposition d’un contrôle policier complet sur Exarcheia. En appui à l’action de la police, une force d’intervention a été formée à partir de différentes services de l’administration municipale – de la propreté à l’environnement en passant par les infrastructures publiques. Il faut effacer les graffitis, installer des lampadaires “intelligents” et organiser le démantèlement de l’ “Anarchie à Exarcheia” .

Les projets touchés par ces expulsions sont Spirou Trikoupi 17, Transito, Rosa de Foc et GARE. Plus précisément, 143 personnes des deux bâtiments de Spirou Trikoupi 17 ont été arrêtées et emmenées au Bureau de la police de l’immigration de l’Attique, pour vérifier si elles ont un permis de séjour légal pour vivre en Grèce. Sur ces 143 personnes, 57 sont des hommes, 51 sont des femmes et 35 sont des enfants qui arrivent d’Iran, d’Irak, d’Afghanistan, d’Érythrée et de Turquie. D’après la première déclaration des squatters expulsés : “L’État fasciste nous a expulsés aujourd’hui à 6h et ils nous emmènent au commissariat de Petrou Rali. Ils nous ont traînés hors de notre maison. Ils ont jeté nos affaires hors du bâtiment et ont bloqué les entrées et les fenêtres. Ils essaient de nous enterrer, mais ils ne réalisent pas que nous sommes des semences”.

Dans un autre bâtiment de la rue Kallidromiou (le squat anarchiste GARE), trois personnes ont été arrêtées et emmenées au GADA (le siège de la police d’Athènes). Le quatrième bâtiment, sur la rue Fotila, était vide au moment de l’expulsion.

L’opération a été menée entre autres par la MAT (la police anti-émeute), l’OPKE (l’unité spéciale d’identification) et la DIAS (les motocyclistes). Selon les informations publiées par l’agence de presse Athens-Macedonian News Agency, venant de sources policières, aucune drogue n’a été trouvée dans les bâtiments. Dans le même temps, un porte-parole de la police à la télévision privée grecque a déclaré : « Nous sommes le nouvel aspirateur silencieux qui va aspirer toutes les ordures ».

Cette première offensive – qui est maintenant terminée – touche la partie nord-ouest d’Exarcheia, à la seule exception du squat Notara 26. Celui-ci est considéré comme le symbole des squats des réfugié.e.s et est bien gardé par les squatters et les activistes. Le squat anarchiste VOX – qui, selon les médias, serait le siège du groupe révolutionnaire Rouvikonas – a également été épargné, pour le moment. L’offensive était clairement dirigée contre les squats les moins gardés. Une première tâche simple. Une première annonce. Le goût de sang. Et les grands succès sont encore à venir. Parallèlement à cette action, M. Mitsotakis a annoncé au Parlement grec la levée des contrôles sur les capitaux, qui touchent la Grèce depuis 2015. Ce gouvernement hypocrite, qui ressemble à un portrait du passé, attaque sur plusieurs fronts – pour célébrer la levée des contrôles sur les capitaux, ils vont apparemment distribuer un peu l’argent aux petits entrepreneurs et ainsi donner l’illusion de les aider, pour ensuite déclencher la destruction sociale.

Mais la résistance aux expulsions ne tardera pas non plus à venir. La grande manifestation prévue pour la mi-septembre sera probablement anticipée. […] Il est également recommandé que les gens s’activent à l’international et qu’ils se préparent pour réagir de manière appropriée à la prochaine vague de cette offensive. L’automne arrive et il sera long. Préparons-nous à cela.

*****

Exarcheia : Les flics ont attaqué le squat Steli, occupé par des migrant.e.s anarchistes, et détruit les banderoles à l’extérieur

Indymedia Athens / mercredi 28 août 2019 [les images de ce post sont toutes tirées de là; NdAtt.]

Aujourd’hui, mercredi 2 août, vers 2h30 du matin, un groupe de 30 anarchistes a attaqué les flics de la MAT [comme les CRS français; NdAtt.] à coup de cocktails Molotov, à l’angle des rues Tositsa et Trikoupi. Les flics, qui, surpris par l’attaque, ont été brulés par les coctails Molotov, ont commencé à détruire les banderoles pendues devant le squat Steki, habité par des migrant.e.s anarchistes.

Pendant tout cela, les flics ne sont pas rentrés dans le Steki, mais en détériorant le Steki ils ont bien montré leur colère à cause du fait que des Molotvs volantes ont brûlé leurs têtes vides et des flammes ont dansé au dessous de leurs culs.
Tant qu’il y a de l’espoir la lutte durera; tant qu’il y a de la vie, la lutte durera.

Squat de migrant.e.s anarchistes Steki

This entry was posted in Contre les frontières, International, Squats and tagged , . Bookmark the permalink.