Italie : Rassemblements solidaires – et des nouvelles des compagnonnes enfermées à L’Aquila

Dimanche 28 avril : rassemblements devant les prisons de Ferrara, Tolmezzo et L’Aquila

Insuscettibile di ravvedimento / samedi 20 avril 2019

Dimanche 28 avril : rassemblements devant les prisons de Ferrara, Tolmezzo et L’Aquila, en solidarité avec les anarchistes emprisonné.e.s.

Prison de Tolmezzo (via Paluzza 77): 14h.
Prison de Ferrara (via Arginone 327): 13h.
Prison deL’Aquila (via Amiternina 3, località Costarelle di Preturo): 13h.

Brisons ce silence de tombe !

La guerre intérieure contre toute forme concrète de dissidence avance vite. Son expression la plus visible est dans la pointe de l’iceberg de la répression : la gestion des prisons.
Les compagnonnes et les compagnons arrêté.e.s lors des dernières opérations répressives ne sont pas seulement enfermé.e.s, comme c’est le cas depuis des années, dans des sections de Haute Sécurité, mais certain.e.s d’entre elles et eux ont été envoyé.e.s, sur décision de administration pénitentiaire, dans des prisons où est présent le circuit du 41bis* – un régime d’isolement total, le top du système pénitentiaire italien pour ce qui est de la torture – qui fat planer son ombre aussi sur les autres sections, créant une atmosphère étouffante. Une chape d’oppression et une situation de menace et de privation constantes. Isolement, livres en nombre limité, papiers et écrits confisqués, parloirs niées, blocage complet de la poste et censure des communications, proposition d’imposer l’interdiction de l’achat des journaux locaux, négation de la possibilité d’être présent.e.s à son procès : des corps et des mots rebelles remplacés par la vidéoconférence… Les condition de chaque compagnon  et de chaque compagnonne sont différentes, mais ce qui est égal pour tout le monde est la tentative de faire passer comme normales des dispositions vexatoires et d’urgence, pour qu’on entende plus une mouche voler.

Allons briser le silence et réfléchissons rapidement à la façon de contrer ces attaques à la solidarité et pas que. Toujours aux côtés de nos compagnonnes et de nos compagnons !

* Note d’Attaque : l’article 41bis de la normative pénitentiaire italienne, appelé aussi « carcere duro » prévoit une condition de détention qui isole les détenu.e.s de l’extérieur et entre eux et vise à les briser psychologiquement, en digne héritier du « circuito dei camosci » conçu  entre fin des années 70 et début des années 80 pour briser les révolutionnaires prisonnier.e.s. Crée à la moitié des années 80 pour contrer les révoltes dans les prisons, l’article 41bis est appliqué aux détenus supposés liés aux organisations mafieuses à partir du début des années 90. Dix ans après, son application est élargie aux prisonnier.e.s accusé.e.s de terrorisme, puis à ceux accusés de pédopornographie, de traite d’êtres humains, etc. 

*****

La prison de L’Aquila est une tombe

Samedi 6 avril, Silvia, Agnese et Anna ont été transférées depuis la section de Haute Sécurité de Rebibbia à celle de L’Aquila [cf. ci-dessous; NdAtt.]. Ici, presque tous les détenus sont en régime 41bis, qui n’est pas une prison de sécurité maximale, mais de la pure torture. L’ombre du 41bis plane sur les autres sections, en impactant sur les conditions de détention de tou.te.s les prisonnier.e.s.

Silvia, Agnese et Anna sont donc dans des cellules individuelles, avec les portes fermées, elles ont droit à une seule heure ensemble dans une toute petite pièce. Elles peuvent garder dans leurs cellules seulement trois livres, elles sont fouillées en moyenne 12 fois par jour et surveillées par les cogneuses du GOM [Gruppo Operativo Mobile, comme les ERIS français; NdAtt.].

La direction de la prison a imposé à Silvia le blocage du courrier, entrant et sortant. Depuis leur transfert, en plus de la situation quotidienne qui s’est empirée, ce fil de communication avec l’extérieur fait de lettres et télégrammes a été coupé.

C’est urgent de briser l’isolement et arrêter les vexations auxquelles elles sont soumises par la direction de la prison de L’Aquila.

Rassemblement devant la prison de L’Aquila, dimanche 28 avril 2019 à 13h, en contemporaine avec les rassemblements de Tolmezzo et Ferrara.

*****

Dernières nouvelles des prisons et tribunaux

Cracher dans la soupe / vendredi 19 avril 2019

Depuis plus d’une semaine, Silvia, Agnese et Anna ont été transférées de la section AS2 (de haute sécurité) de la prison de Rebibbia à la section de L’Aquila. Une prison, celle du chef-lieu des Abruzzes, où la quasi-totalité de la population carcérale est soumise au 41 bis*. Un régime d’isolement carcéral qui prévoit l’isolement 23 heures par jour, la réduction des heures de promenade, l’impossibilité de cuisiner dans la cellule, où l’entrée de la lumière est limitée par la présence de panneaux opaques de plexiglas, où il n’y a qu’une heure de parloir avec la famille, qui plus est se fait à travers des cloisons vitrées sans aucune possibilité de contact. Il n’est en outre pas possible de conserver plus de quatre livres dans la cellule, la correspondance est toujours soumise à la censure, il est impossible de participer aux procès sauf par vidéoconférence. Dans les prisons où le 41 bis est présent, l’ombre de ce régime s’étend bien au-delà de ces sections, ce qui va changer les conditions de détention des autres détenus.

Silvia, Agnese et Anna sont donc dans des cellules individuelles, dans une section fermé [blindi chiusi: avec les portes fermés en permanence, ndt], dans l’espace qui était l’ancienne section féminine 41bis. Leur journée est ponctuée par un réveil à 7h avec l’ouverture du judas, à 8h les gardes passent pour battre les barreaux des fenêtres pour tester leur résistance, elles ont deux heures de promenade le matin et deux l’après-midi. Tout déplacement de l’extérieur vers l’intérieur de la cellule est rythmé par une contrôle avec le détecteur de métaux, elles sont scannées en moyenne 12 fois par jour, elles subissent aussi chaque jour une fouille personnelle générale. Elles n’ont qu’une heure de sociabilité dans une pièce étroite. Leurs cellules sont équipées d’une télévision et d’une salle de bain, mais elles ne disposent pas de placard pour ranger vêtements, nourriture, livres et objets. Elles ont un casier à l’extérieur de la cellule dans lequel elles peuvent stocker jusqu’à 7 articles de chaque type de vêtements, quand elles enlèvent ou posent quelque chose c’est vérifié et ce qui reste est recompté. Elles ne peuvent garder que trois livres dans leur cellule. Leurs radios ont été soudées [bridées; NdAtt.], sur les télévisions le moniteur avec l’heure a été obscurci de l’écran de télévision. Il est pratiquement impossible de savoir quelle heure il est. Les matonnes qui les surveillent proviennent du corps du GOM, femmes abruties de la section spéciale des gros bras de la pénitencière. En un peu plus d’une semaine, les compagnonnes ont reçu neuf avertissements disciplinaires. L’une d’elle pour avoir posé un pied sur le mur de la salle de sociabilité, une autre est sorti en promenade avec un stylo.

La prison a immédiatement bloqué le courrier pour toutes les trois, qu’ils soient entrants ou sortants. À ce jour, cela reste en vigueur que pour Silvia, depuis le jour de leur transfert, le samedi 6 avril, elle s’est vu couper ce lien – déjà faible à cause de la censure – de communications composées de lettres, télégrammes et livres envoyés par l’extérieur. Un lien fondamental pour rompre l’isolement auquel contraint la prison, à plus forte raison dans une section de l’AS2 où il y a quatre détenus.

Il y a quelques jours, Agnese, par vidéoconférence depuis la prison de L’Aquila lors d’une audience du procès pour la manifestation au Brennero, a décrit les conditions auxquelles elles sont soumises, définissant la section As2 comme une tombe.

L’usage de la vidéoconférence également s’étend de plus en plus à différents types de détenus. Initialement réservé aux seuls prisonniers en 41 bis, donc automatique, il a ensuite été appliqué aux personnes accusées de terrorisme et ensuite à tous ceux considérés comme dangereux, quels que soient les crimes reprochés lors des procès. Un instrument particulièrement lourd, celui de la vidéoconférence, qui, en plus de rendre la défense juridique plus difficile et de limiter la possibilité de faire des déclarations dans la salle d’audience, supprime la possibilité pour ceux qui sont détenus de rencontrer, même dans une salle d’audience, un visage ami et de rompre la routine carcérale.

Pour en venir à des questions plus strictement judiciaires, il semble important de souligner les raisons pour lesquelles les compagnons arrêtés dans le cadre de l’opération Scintilla restent toujours en prison. Après que l’accusation d’association subversive soit tombée, Beppe et Antonio restent en prison pour la publication de la brochure « I cieli bruciano ». Puisqu’il s’agit d’une liste de sujets, responsables à divers titres de l’existence des Centres de Rétention à l’époque C.I.E, adressée à un domaine tel que l’anarchiste dont on peut s’attendre à un mauvais usage, le simple fait de la publier justifie cette charge pour le Juge des libertés et de la détention. À cela s’ajoute le refus d’assignation à résidence parce que le curriculum des deux compagnons rend très probable le risque de récidive. Silvia reste en prison parce que son profil anthropométrique, vis à vis de sa démarche, sa stature et sa carrure, est compatible avec celui de la personne filmée par les caméras tout en déposant un bidon de liquide inflammable devant un bureau de poste italien. Une discipline, l’anthropométrie, destinée à devenir une béquille toujours plus importante dans un avenir proche pour le travail d’enquête et ce sera certainement le cas d’y revenir, avec des réflexions et des perspectives plus précises. Nous concluons cette mise à jour des nouvelles des tribunaux en rappelant qu’aux trois compagnons a été confirmé censure du courrier, les raisons pour le juge sont attribuables à la solidarité large et durable développée à partir de leurs arrestations et l’expulsion de l’Asilo.

En attendant, il est urgent de trouver un moyen de briser l’isolement, auquel Silvia en particulier est soumise, un moyen de saper la brutalité de la prison.

Pour écrire aux compagnonnes détenues à la prison de L’Aquila :

Silvia Ruggeri
Anna Beniamino
Agnese Trentin

Via Amiternina 3
Località Costarelle di Preturo
67100
L’Aquila (Italie)

depuis Macerie

This entry was posted in Anticarcéral, International and tagged , , , , . Bookmark the permalink.