Carcassonne (Aude) : Tags anti-corridas partout en ville

La dépêche / Vendredi 10 mars 2017

Depuis la fin du mois d’août 2016, personne n’était arrivé à mettre la main sur l’auteur des tags anticorrida, qui avait pourtant une activité soutenue pour ses revendications. Il a notamment tagué à maintes reprises le mur de l’habitation d’un particulier, Allée d’Iéna, mais également les arènes de l’espace Jean-Cau, dans la nuit du 22 au 23 août 2016, ou encore les murailles et les lices de la cité médiévale, au début du mois de septembre dernier. Des actes répétitifs et engagés, qui ont pris fin hier matin, à 5 h 20. L’homme, équipé de lunettes, de gants et de bombes de peinture, a ainsi été interpellé par les policiers de la brigade anticriminalité, alors qu’il venait de taguer les murs du collège du Bastion, le long du boulevard Varsovie.

Conduit au commissariat, ce Carcassonnais de 27 ans a été placé en garde à vue. Selon nos informations, cet agent du lycée Charlemagne, à Carcassonne, a reconnu avoir tagué la Cité, les arènes ou encore la mairie, en se dépeignant comme un défenseur de la cause animale. Aussi, alors que leur suspect était retenu au poste, nous avons appris que les fonctionnaires de police avaient découvert d’autres inscriptions anticorrida, hier, sur les murs du collège de Grazailles et sur un panneau d’information de la gare SNCF. Remis en liberté hier, en milieu d’après-midi, le militant anticorrida s’est vu remettre une convocation pour être jugé en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), le lundi 18 septembre prochain à 10 h 30. Pour mémoire, des plaintes avaient été déposées par la Ville, Alogéa, Monum et Carcassonne Aficion.

This entry was posted in Liberté animale and tagged , . Bookmark the permalink.